Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil


                      
                      
Accueil « Recherche « Axes de recherche « Axe 5 – Réversibilité et proximité : quels enjeux pour l’aménagement et l’urbanisme ?

Axe 5 – Réversibilité et proximité : quels enjeux pour l’aménagement et l’urbanisme ?

Le développement continu des flux de personnes, de matières, d’information et de capitaux pose de redoutables défis aux aménageurs et urbanistes. Cet accroissement des flux a des effets considérables sur les pratiques individuelles, les besoins en infrastructures de toutes natures, les mutations de l’écologie territoriale ou encore les dynamiques socio-territoriales. Quelle place pour l’aménagement et l’urbanisme face à ces mutations ? Si l’urbaniste est un « ajusteur de distances et de flux » entre les différentes ressources territoriales, comment agir face à ces nouvelles logiques de localisation et de circulation ?

JPEG - 451.9 ko
Promenade de l’Aqueduc à Gentilly (Hauts-de-Seine)
© Sabine Barles

Pour ré-interroger l’urbanisme et l’aménagement à l’aune de ces enjeux, la notion de réversibilité peut être féconde. Les dynamiques démographiques sont réversibles : pensons aux espaces de faible densité qui ont connu l’exode rural avant de connaître un regain démographique récent. Les réseaux connaissent des phases d’expansion, de déclin, avant parfois de se redévelopper : les tramways avaient presque disparu avant de se redévelopper depuis trois décennies en France comme au Vietnam ou au Maroc. Mais comment définir un « urbanisme réversible » ? Est-ce un urbanisme qui prévoit la réversibilité des dynamiques économiques ou sociales ou un urbanisme qui les suscite ? Avec quels outils, quelle méthode, quels objectifs ? Cela ne remet-il pas en cause, plus largement, les conceptions dominantes de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme, ses paradigmes, comme ceux de croissance et de développement, ses outils, tels que le plan, ou encore ses moyens opérationnels, notamment le grand réseau technique ?

JPEG - 148.6 ko
Jardin du ruisseau sur la petite ceinture dans le 18e arrondissement de Paris
© Viinz.com

Si l’accroissement des flux de toutes natures et à toutes les échelles est un des traits les plus marquants de l’époque contemporaine, dans le même temps, de nombreux aménageurs et urbanistes promeuvent la « proximité ». Cette proximité apparaît à la fois comme un objectif et comme une valeur. Par le « proche », on recherche à réduire les déplacements inutiles et à reconstruire des solidarités. Mais cette notion doit être réinterrogée pour l’aménagement, puisque proximité de firme, proximité sociale, proximité géographique ou encore proximité organisée se superposent et se contredisent parfois. Penser la proximité, est-ce penser simplement l’envers de ce processus d’accroissement des flux ou concevoir l’arrimage local de cette mise en mouvement des hommes et des choses ?

Ces notions de « proximité » et de « réversibilité » permettront de réinterroger des travaux de recherches qui se poursuivent selon trois approches thématiques. Ces trois thématiques sont dans la continuité des travaux menés jusqu’à présent au sein du CRIA.

Une première thématique porte sur l’articulation entre la figure du réseau et du territoire, notamment dans le champ du transport. Cette approche de l’aménagement par les réseaux, dans la continuité de travaux historiques du CRIA, est amplifiée avec les apports de l’écologie territoriale. En effet, le territoire peut être analysé à travers l’ensemble des flux de matières et de personnes entrants et sortants. La gestion des métabolismes territoriaux constitue une clé d’entrée pour analyser les apports potentiels de l’aménagement et de l’urbanisme.

Une deuxième thématique est centrée sur les pratiques individuelles et les dynamiques socio-territoriales. Les notions de gentrification, d’exode rural ou urbain, de déclin territorial désignent des processus de recompositions socio-territoriales. Comment l’aménagement doit agir, prendre en compte, voire anticiper ces processus ? Comment s’opère l’interaction entre les dynamiques individuelles, les évolutions économiques et les politiques locales d’aménagement ?

JPEG - 171.8 ko
Reconversion des anciens quartiers industriels de Manchester
© Sabine Barles

Une troisième entrée thématique est proposée sur les concepts et les outils des urbanistes et aménageurs. Les enjeux de proximité et de réversibilité réinterrogent les conceptions habituelles de l’aménagement (notamment par le plan) et les modes de lecture traditionnelle du territoire (centre et périphérie, rural, urbain et périurbain, etc.). Une interrogation renouvelée se porte donc sur l’élaboration et la circulation des concepts de l’aménagement et de l’urbanisme. Les savoirs et les méthodes circulent, d’un pays à l’autre, d’un type de territoire à un autre, sans toujours être contextualisés ou ancrés dans la proximité. Les méthodes plus collaboratives ou participatives de l’urbanisme interrogent sur le rôle de l’aménagement comme pratique collective et ses attendus en termes de vie locale.

Responsables : Sabine Barles, Xavier Desjardins, Nicolas Douay

Equipe C.R.I.A

Date de mise à jour : 6 mai 2015

 
 

Géographie-cités 2011, Tous droits réservés