Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil


                      
                      
Accueil « Recherche « Axes de recherche « Axe 7 - Savoirs de l’espace en situation

Axe 7 - Savoirs de l’espace en situation

Cet axe de recherche a pour ambition d’articuler une approche historique et épistémologique des savoirs de l’espace en situation. En déplaçant le questionnement de « la » géographie vers les savoirs de l’espace, on vise à dépasser l’enquête disciplinaire au profit d’une approche qui met l’accent sur les circulations opérées par une multiplicité d’acteurs, issus du champ scientifique ou extérieurs à lui, entre les différents registres de connaissance géographique. La formulation en terme de situation se distingue de l’approche « contextuelle » qui fait du contexte le déterminant de l’action et en propose le plus souvent une définition surplombante et relativement rigide. Au contraire, il s’agit de prendre en compte les interrelations entre les conditions de la compréhension et l’agent, et d’intégrer ainsi la variabilité des positions de l’acteur en fonction des situations particulières.

Deux directions de la recherche conjointes seront privilégiées dans l’analyse d’une série de situations :

l’analyse des conditions concrètes de la relation entre savoir et pouvoir, qui sont mises au jour par l’analyse des pratiques professionnelles. La question des savoirs administratifs dans le cadre de politiques d’aménagement de long terme permet d’appréhender le rôle des savoirs de l’espace à l’intérieur de grandes institutions souvent décrites aujourd’hui sous le vocable de service public, et non de service territorial. L’examen des usages de la carte au moment où celle-ci se diffuse, lors de la révolution de l’imprimé vise à mettre en lumière les processus de diffusion en même temps que changent les pratiques des usagers – dont les géographes –, allant jusqu’à modifier la nature des professions qui l’utilisent. Nous analysons la mise en tension entre les réponses personnelles et « bricolées » des géographes face aux enjeux éthiques dans le vif de la recherche et les normes relatives à la pratique de leur métier (« l’injonction éthique ») ;

l’analyse des réseaux et des circulations des savoirs. L’exploration de la géographie la plus contemporaine est poursuivie en évaluant l’ampleur de sa réinscription dans des réseaux savants et des perspectives épistémologiques, de plus en plus interdisciplinaires et internationaux. C’est l’occasion d’interroger les interdépendances entre sphère scientifique et sphères de l’action. Les travaux mis en œuvre dans le cadre de cet axe explorent également la question des transmissions dans le cadre scolaire, depuis la discipline géographique vers les enseignés, tant du point de vue de la composition des programmes que de la mise en œuvre didactique de questions vives comme le développement durable ou l’Europe qui porte une tension entre éducation et enseignement, ou la diffusion des SIG dans le secondaire qui participe de la construction de nouveaux rapports à l’espace. En situation coloniale, nos travaux insistent sur les circulations de savoirs géographiques entre monde savant, économique et politique, en articulant les dimensions coloniale, impériale et transimpériale des réseaux d’acteurs. Les relations entre savoirs spatiaux et savoirs juridiques dans le contexte des pratiques d’appropriations territoriales en situation coloniale seront également explorées.

Cette reformulation de l’axe par rapport aux années passées confirme et précise l’accent mis sur la relation entre savoirs géographiques et pratiques. Cette relation est interrogée en tant qu’elle est centrale de la définition du concept de spatialité, et qu’à ce titre, elle contribue à la compréhension des processus de production des espaces du passé comme du présent.

Responsables : Florence Deprest, Nicolas Verdier

Equipe E.H.GO

Date de mise à jour : 6 mai 2015

 
 

Géographie-cités 2011, Tous droits réservés