Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil


                      
                      
Accueil « L'UMR « Membres « V « VON HIRSCHHAUSEN Béatrice

Béatrice VON HIRSCHHAUSEN

Chargée de recherche
P.A.R.I.S-

Béatrice von Hirschhausen est chargée de recherche au CNRS, membre de l’Équipe P.A.R.I.S. au sein de l’UMR "Géographie-cités" et chercheuse associée au Centre Marc Bloch de Berlin.
Ses travaux portent sur les longues durées géographiques en Europe centrale et orientale. Ils interrogent l’impact de l’expérience historique et des imaginaires géographiques sur le façonnement des sociétés rurales centre-est européennes. Ses terrains de prédilection sont en Roumanie et dans les nouveaux Länder allemands.
Au Centre Marc Bloch, elle dirige depuis 2010 le consortium de recherche "Phantomgrenzen in Ostmitteleuropa" financé par le BMBF (2010-2017), qui coordonne le travail d’une quinzaine de chercheurs et associe le CMB à la chaire d’histoire de l’Europe du sud-est de l’Université Humboldt à Berlin, la chaire d’histoire d’Europe centre-orientale à l’Université Martin Luther à Halle et le ZMO (Zentrum moderner Orient) à Berlin.

FORMATION

Doctorat en géographie de l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne en 1996
Agrégation de géographie et CAPES d’histoire et géographie en 1988

PARCOURS PROFESSIONNEL

depuis 2014 : Chargée de recherche à Géographie-cités
2009-2014 : Directrice adjointe du Centre Marc Bloch (UMIFRE 14/USR 3130) à Berlin
2004-2009 : Chargée de recherche au Centre Marc Bloch (USR 3130) à Berlin
2000-2003 : Chargée de recherche CNRS à l’UMR 8504 „Géographie-cité“ (équipe ENS- Géophile) à Lyon
1999 : Boursière du Ministère des Affaires étrangères au Centre Marc Bloch à Berlin
1996-1998 : Détachée au CNRS comme chargée de recherche à UMR 1243 „Equipe P.A.R.I.S.“ (CNRS, Universités de Paris I et Paris VII) à Paris
1994-1996 : Attachée temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne à Paris
1991-1994 : Allocataire-monitrice de recherche à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne à Paris
1988-1989 : Professeur agrégée d’histoire et géographie au Lycée Calmette à Nice

DISTINCTIONS, BOURSES

Médaille d’argent de l’Académie d’Agriculture de France pour la thèse en 1997

ACTIVITÉS ADMINISTRATIVES

Directrice adjointe du Centre Marc Bloch de Berlin (2009-2014)

ACTIVITÉS SCIENTIFIQUES

PROJET EN COURS
● Direction du projet „Phantomgrenzen in Ostmitteleuropa
financé par le BMBF (Ministère fédéral allemand de l’enseignement et de la recherche) dans le cadre de son programme : „Förderrichtlinien zur Stärkung und Weiterentwicklung der Regionalstudien (area studies)“ – 2011-2015 prolongé jusqu’en janvier 2017

PROJETS CLOS
● Co-direction scientifique du projet "Les voies d’apprentissage de la gouvernance territoriale à l’Est de l’Europe“
financé par l’ANR (Agence Nationale de la Recherche) dans le cadre de son programme "Apprentissages" – 2007-2009

● Co-direction scientifique du projet formation-recherche (PFR) "Vivre et penser la campagne dans l’Allemagne contemporaine, un modèle pour l’Europe ? Représentations, pratiques et politiques des espaces ruraux - Une approche pluridisciplinaire“
financé par le CIERA (Centre interdisciplinaire d’étude et de recherche sur l’Allemagne) – 2005-2007

● Direction scientifique du projet "Les processus territoriaux lus comme trajectoires (path dependency) : une analyse interdisciplinaire des dynamiques entrepreneuriales en Allemagne orientale“
financé par le CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) – 2001-2003

THÈMES DE RECHERCHE
Mes recherches actuelles s’inscrivent dans un projet de recherche intitulé « Phantomgrenzen in Ostmitteleuropa » [Les frontières fantômes en Europe centrale et orientale] dont j’assume la responsabilité scientifique. Il est financé depuis février 2011 et jusqu’en 2017 par le Ministère fédéral allemand pour l’enseignement et la recherche (BMBF). Ce projet propose de repenser en termes interdisciplinaires la question des différences qui travaillent le continent européen à partir de la notion originale de « frontière fantôme ». Celle-ci renvoie aux traces laissées dans les sociétés contemporaines par des frontières historiques, établies au fil des recompositions géopolitiques successives, particulièrement nombreuses dans l’aire centre et est-européenne. Leurs traces peuvent réapparaître sous forme de discontinuités dans la géographie des Etats actuels. La question des longues durées géographiques n’est certes pas nouvelle. Le projet entend toutefois reprendre à nouveau frais la question des longues durées géographiques dans un contexte qui nous semble marqué par une crise de la compréhension des différences entre les sociétés, à la suite de la profonde mise en cause par la critique postcoloniale des schémas prévalent jusqu’à présent et qui accuse les géographes, ethnographes ou spécialistes des aires culturelles extra-européennes, d’avoir tout au long des développements de leurs disciplines respectives, travaillé avant tout à mesurer une différence orientale au regard d’une norme occidentale, de figer des champs civilisationnels qui n’existent avant tout que dans les imaginaires géographiques des sociétés européennes, et de participer ainsi à leur réification en continuant à « inventer l’est » ou « imaginer les Balkans ».

Le projet « Phantomgrenzen in Ostmitteleuropa » est notamment parti de la conviction qu’aucun des deux paradigmes, qui s’excluent réciproquement, et qui mettent les longues durées géographiques, pour l’un au compte des forces plus ou moins « immanentes » de structures dont les acteurs seraient prisonniers, et pour l’autre au compte de la puissance performative de discours et de représentations hégémoniques, n’est en mesure d’épuiser à lui seul le problème des différences régionales. C’est donc à la quête de moyens pour sortir de l’aporie que ce projet entend contribuer. Un premier ouvrage programmatique mettant en place l’apport heuristique de la notion de frontières fantômes intitulé Phantomgrenzen : Räume und Akteure in der Zeit neu denke [Les frontières fantômes : pour repenser les espaces et les acteurs dans la durée] a paru en juillet 2015. Six autres ouvrages sont programmés. C’est à partir de cette réflexion d’ambition théorique et d’une étude de cas, menée dans les campagnes roumaines, que mon travail personnel de recherche contribue au projet.

PUBLICATIONS SELECTIONNEES

Ouvrages monographiques
• HIRSCHHAUSEN B. von/ GRANDITS H./ KRAFT C./ MÜLLER D./ SERRIER T. (2015) Phantomgrenzen - Räume und Akteure in der Zeit neu denken, Göttingen : Wallstein Verlag, 224 S.

• HIRSCHHAUSEN B. von (1997) Les nouvelles campagnes roumanies. Paradoxes d’un retour paysan. Paris : Belin. 240 p.

Coordination d’ouvrages collectifs
• HIRSCHHAUSEN B. von. (coord.). 2017. Dossier thématique : "Les frontières fantômes". L’Espace géographique, 46, 2017-2. pp. 97-173.

• ESCH Michael G., HIRSCHHAUSEN B. von, (Hg.)., 2017. Wahrnehmen, Erfahren, Gestalten. Phantomgrenzen und soziale Raumproduktion. [Les frontières fantômes et la production sociale des espaces]. Göttingen : Wallstein Verlag. 215 p.

• HIRSCHHAUSEN B. von, LACQUEMENT G. (dir.), 2012, Réinventer les campagnes en Allemagne : paysage, patrimoine et développement rural, Lyon : ENS-éditions

• MIARD-DELACROIX H., GARNER G.,HIRSCHHAUSEN B. von, (2010) Espaces de pouvoir, espaces d’autonomie en Allemagne. Lilles : Editions du Septentrion

• HIRSCHHAUSEN B. von, LACQUEMENT G. (dir.), 2008, De la décollectivisation au développement local en Europe centrale et oreintale. Les effets d’un changement de paradigme, Revue d’Etude Comparative Est Ouest. Vol. 39, 2008/4, pp. 4-11

• HIRSCHHAUSEN B. von, LACQUEMENT G. (dir.), 2007, Le développement local en Allemange réunifiée : modèles et contextes. Revue d’études comparatives Est Ouest. Vol 38, 2007/3, pp. 5-193

• HIRSCHHAUSEN B. von, GRESILLON B. (dir.), 1998, L’Allemagne en chantier. Berlin : Les travaux du Centre Marc Bloch. cahier n°11. 261 p.

Articles et contributions à des ouvrages collectifs (sélection)
• HIRCHHAUSEN B. von (2017) « Une leçon des frontières fantômes : les traces du passé viennent (aussi) du futur ». L’Espace géographique, 46, 2017-2, 97-105

• HIRCHHAUSEN B. von (2017) « De l’intérêt heuristique du concept de « fantôme géographique » pour penser les régionalisations culturelles ». L’Espace géographique, 46, 2017-2. 106-125

• HOCQUET M., GARRIDO C., HIRCHHAUSEN B. von (2017) « Berlin par-delà les ruptures- vivre raconter et produire les matières de la ville ». L’Espace géographique, 46, 2017-2. 158-173.

• ESCH M., HIRSCHHAUSEN B. von, (Hg.) „Einleitung“[Introduction] in : ESCH M. G., HIRSCHHAUSEN B. von, (Hg.)., mars 2017. Wahrnehmen, Erfahren, Gestalten. Phantomgrenzen und soziale Raumproduktion. [Les frontières fantômes et la production sociale des espaces]. Göttingen : Wallstein Verlag. 7-48.

• HIRSCHHAUSEN B. von, GARRIDO C., HOCQUET M. (2015) „Jenseits politischer Zäsuren ? Berliner Phantomgrenzen in aktuellen Praktiken und Diskursen“ in Informationen zur Raumentwicklung 5, Einheit und Differenzen. 451-460

• HIRSCHHAUSEN B. von, (2015) „Phantomgrenzen zwischen Erfahrungsraum und Erwartungshorizont. Konzeptionelle Reflexionen an einem empirischen Beispiel“ in HIRSCHHAUSEN B. et alii Phantomgrenzen : Räume und Akteure in der Zeit neu denken, Göttingen : Wallstein Verlag. S. 84-106.

• DARROT C., HIRSCHHAUSEN B. von, GHIB M.-L. (2011) « PAC et transition agricole en Pologne et Roumanie : les nouveaux termes du processus » in Economie Rurale, vol 325-326 (2011/4), pp. 69-84.

• MIARD-DELACROIX H., GARNER G., HIRSCHHAUSEN B. von, (2010) « Espaces de pouvoir, espaces d’autonomie en Allemagne – Introduction » in MIARD-DELACROIX H. GARNER G., HIRSCHHAUSEN B. von (dir.) Espaces de pouvoir, espaces d’autonomie en Allemagne. Lilles : Editions du Septentrion, p. 9-32

• HIRSCHHAUSEN B. von, (2008) « Les sociétés rurales roumaines face à l’irruption des projets de développement » in Revue d’étude comparative est-ouest, vol. 39/4. pp. 113-142.

• HIRSCHHAUSEN B. von, LACQUEMENT G. (2008) « De la décollectivisation au développement local en Europe centrale et orientale : les effets d’un changement de paradigme » in Revue d’étude comparative est-ouest, vol. 43. (2008/4)

• HIRSCHHAUSEN B. von, (2008) « Intégrer les campagnes Bulgares et roumaines : le défi de leur différence » in L’Espace géographique 2008 n°4. pp. 297-312

• HIRSCHHAUSEN B. von, (2008) „Zwischen Lokal und National : Der geographische Blick auf die Erinnerung“ in in BUCHINGER K., GANTET C., VOGEL J. (hg.), Europäische Erinnerungsräume, Frankfurt/New York : Campus Verlag, p. 23-32.

• HIRSCHHAUSEN B. von, LACQUEMENT G. (2007) « Modèle de l’ouest, territoires de l’Est : le développement local et la valorisation du patrimoine dans les campagnes d’Allemagne Orientale ». Revue d’étude comparative est-ouest, vol. 38. p7-11. p. 5-29

• HIRSCHHAUSEN B. von, (2007) « Comment penser les différences territoriales et les frontière culturelles de l’Europe ? Premier éléments d’une analyse critique » in BOIA Lucian, Oroveanu, Anca (dir.). The Borders of Europe. Bucuresti : Editura universitatii din Bucuresti. pp. 19-40.

• HIRSCHHAUSEN B. von, (2006) « Die Vergangenheit als Ressource im ostdeutschen Transformationsprozess - Einfühung » [Le passé comme ressource dans les transformations est-allemandes.] Introduction à la troisième partie "Vergangenheit Bewältigung und Transformatiprozesse" de l’ouvrage : KOTT, Sandrine, DROIT, Emmanuel. (Hg.) Die osteutsche Gesellschaft. Eine transnationale Perspektive. [La société est-allemande - une perspective transnationale] Ch. Links Verlag. pp. 188-197.

• HIRSCHHAUSEN B. von, (2006) « Trajectoires de décollectivisation en Roumanie ; questionner les héritages à partir des différences géographiques » in KOTT, Sandrine, MESPOULET, Martine, ROGER, Antoine (dir.) Le postcommunisme dans l’Histoire. Editions de l’Université de Bruxelles. pp. 127-143

• HIRSCHHAUSEN B. von, (2006) « Des sociétés sur le qui vive : territoire, mobilités et ressources en Europe centrale et orientale » La nouvelle Alternative, vol. 21, n°71, pp. 7-11.

• HIRSCHHAUSEN B. von, (2005) "Espace géographique et mémoire collectives ; jeux de lieux et de mots dans la construction identitaire roumaine" in REY, Violette, SAINT-JULIEN, Thérèse (dir.) Territoires d’Europe ; la différence en partage. ENS Editions. pp.95-108

• HIRSCHHAUSEN B. von, ROTH SALLARD H. (2004) « Les systèmes passent, les murs restent. Du rôle de l’immobilier d’entreprise dans la transformation du système industriel est-allemand » Lyon. Géocarrefour. Vol. 78. 4/2003. pp. 349-362

• HIRSCHHAUSEN B. von, ZRINSCAK G. (2002) « Les campagnes de l’Europe post-socialiste : des sociétés désorientées en quête de développement » in Historiens et géographes, n°377, pp.279-308.

• HIRSCHHAUSEN B. von, (2000) collaborateur principal in V. REY (dir.) L’Atlas de la Roumanie d’aujourd’hui. Montpellier/Paris : Reclus/La Documentation Française, 167 p.

• HIRSCHHAUSEN B. von, (1999) « Boycotter l’histoire ? Le défi de la modernité dans les campagnes roumaines » La nouvelle Alternative, septembre n°1, pp. 75-78.

• HIRSCHHAUSEN B. von, (1998) « La question agraire ou la renaissance d’un vieux défi » in REY V. (dir.) Les territoires centre-européens : dilemmes et défis ; L’Europe médiane en question. Paris : Editions La découverte. pp. 141-166

• REY V. , HIRSCHHAUSEN B. von, ZRINSCAK G. (1997) « Paesaggi e sistemi agrari europei », in L’Europa dei popoli Istituto poligrafico e Zecca dello Stato Editalia. pp. 47-65

• HIRSCHHAUSEN B. von, (1997) « Décollectivisation radicale et mutations agricoles : vers une nouvelle géographie des campagnes en Roumanie » L’Information géographique, n°3, pp. 1-9.

• HIRSCHHAUSEN B. von, (1997) « Décollectivisation agraire et devenir national : une analyse du « retour » paysan en Roumanie » in Bozarslan Hamit (textes réunis par) Regards et miroirs ; mélanges Rémy Leveau. Leipzig : Leipzig Universität Verlag. pp. 111-127.

• HIRSCHHAUSEN B. von, (1997) « Le territoire roumain dans la turbulence ; transition politique et mutations géographiques » in Dumortier Brigitte (coordonné par.) L’Europe médiane en mutation. Paris : Editions du Temps. coll. « Questions de Géographie ». pp. 127-144.

• HIRSCHHAUSEN B. von, (1996) « Campagnes roumaines : la force des lieux » in REY V. (dir.) Les nouvelles campagnes d’Europe centrale et orientale, Paris, CNRS éditions, pp.153-198.

• HIRSCHHAUSEN B. von, (1995) « Réforme agraire en Roumanie : nouveaux rapports au territoire », Cahiers Nantais, n°43, pp.181-189.

• HIRSCHHAUSEN B. von, (1994) « L’invention de nouvelles campagnes en Roumanie », L’Espace géographique n° 4, pp. 318-328

• REY V. , IANOS I. , HIRSCHHAUSEN B. von, (1993) « Les changements dans l’agriculture roumaine », Revue roumaine de géographie Tome 36, Editura Academiei Române, pp. 23-30.

• HIRSCHHAUSEN B. von, (1992) « Chimie d’une loi sur un palimpseste », La Nouvelle Alternative, n°26 , pp. 26-30.

• REY V. , IANOS I. , HIRSCHHAUSEN B. von, (1992) « Les campagnes roumaines en début de transition (1990-1991) », Bulletin de l’Association des Géographes Français, n°1, pp. 57-65.

Date de mise à jour : 8 juin 2017

 
 

Géographie-cités 2011, Tous droits réservés