Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil


                      
                      
Accueil « Recherche « Transversalités inter-équipes « Transversalité 1 : Mobilités et territoires : vers une approche relationnelle de l’espace

Transversalité 1 : Mobilités et territoires : vers une approche relationnelle de l’espace

Nadine Cattan, Sylvie Fol & Camille Schmoll

Cet axe transversal se place dans la continuité du précédent. Il investit le paradigme du ‘Mobility turn’ qui considère la mobilité comme le signe d’un assouplissement, voire d’une remise en cause, des relations traditionnellement entretenues avec les territoires et les lieux dans la fabrication des identités individuelles et collectives, dans la structuration des inégalités sociales, dans la construction des échanges économiques et dans la compréhension des processus de mondialisation et de métropolisation. Il s’agit d’examiner la façon dont les mobilités structurent et façonnent les territoires et à l’inverse comment les territoires construisent les mobilités.
Objectifs
Le premier objectif est d’approcher la mobilité comme catégorie fondatrice de l’espace. Il s’agit de s’éloigner des approches fixistes, et de développer une approche relationnelle de l’espace. Le second objectif est d’analyser la dimension normative de la mobilité en l’interrogeant au prisme des arbitrages entre intentionnalité et contrainte, et de montrer à quel point la mobilité est à l’origine de recompositions des inégalités socio-spatiales. Un troisième objectif élargit les champs de recherche de l’axe et interroge, à côté des mobilités humaines, d’autres formes de circulations et de mouvements : circulations des objets, des informations, des émotions, des savoirs et des idées dans le cadre de leurs interactions avec les mobilités humaines.
Les travaux de cette transversalité croisent des approches abordant les mobilités à partir d’angles différents et complémentaires. Il s’agit en premier lieu d’approches conceptuelles, qui incluent une réflexion sur la circulation des concepts et des notions, considérée comme une forme spécifique et à part entière de mobilité. Il s’agit ensuite d’approches par les pratiques, qui abordent les mobilités selon des temporalités diverses et sous toutes leurs formes, qu’elles soient humaines ou non humaines, matérielles ou virtuelles (rapport à l’automobile, mobilités résidentielles, migrations). Il s’agit aussi d’approches relatives à la gestion des mobilités, qui s’intéressent à la façon dont les acteurs publics ou privés interviennent pour infléchir et réguler les mouvements et circulations des biens et des individus (logistique, transports de biens, accessibilité aux ressources urbaines, localisation des équipements). Enfin, il s’agit d’approches aussi bien qualitatives que quantitatives, qui tirent parti de l’extraordinaire diversité de données qui sont aujourd’hui à la disposition des chercheurs dans le domaine des mobilités.
Méthodologie
Les approches englobantes proposées par cet axe permettent de concevoir les systèmes territoriaux qui se fabriquent au croisement de différents types de mobilités, d’une grande variété d’acteurs et de différentes modalités d’action.
L’identification des figures géographiques des systèmes de mobilité revêt un intérêt tout particulier en s’inscrivant dans une perspective multi-échelle et multidimensionnelle des déplacements. Une perspective historique mettra en relief la longue durée des pratiques d’échanges et de mobilités.
L’animation de cet axe transversal se fera par :

  • un séminaire de recherche bisannuel
  • une forte coopération avec le Groupe de Travail « Mobilité » du LabEx DynamiTe
  • des projets de recherche collectifs, dont certains sont déjà engagés
  • la publication d’un ouvrage collectif sur le thème de la construction des spatialités par les mobilités l’organisation d’une série de séminaires communs aux trois équipes sur les méthodologies pour proposer des approches et outils qui permettent d’appréhender la mobilité a. dans ses déploiements individuels, collectifs, multi-échelles b. dans le croisement des différents types de mobilités c.autour de la question de la représentation et de la figuration des mobilités.
Date de mise à jour : 26 mars 2019

 
 

Géographie-cités 2011, Tous droits réservés