Menu | Content | Back | News | Progression | Search | Foot page | Accessibility | Site map | Home page


                      
                      
Home « Research « Key themes « Contrat 2019-2023 « Thématique: "Réseaux, flux, intégration territoriale"

Thématique: "Réseaux, flux, intégration territoriale"

Cette thématique s’inscrit dans l’héritage des anciens axes 4 « L’Union européenne et les pays du voisinage » et 2 « Systèmes de villes et systèmes territoriaux dans l’espace mondial ». Son objectif est de fédérer les travaux dont les objets sont particulièrement emblématiques des processus liés à la mondialisation et à l’émergence d’un espace mondial : les réseaux, les systèmes de villes et les maillages territoriaux.
D’une part, entités structurantes de la mondialisation, villes et réseaux sont à la fois des vecteurs et des marqueurs de la mondialisation (économique, marchande et financière).
D’autre part, les processus spatiaux liés à la mondialisation ont un impact sur les systèmes de villes et sur les systèmes territoriaux, en termes d’émergence mais aussi de « rétraction » et de décroissance.
L’émergence et la structuration de grands espaces ou zones d’intégration régionale (i.e. l’Europe et son voisinage) s’appuie sur les maillages territoriaux antérieurs –notamment celui des Etats –tout en les bousculant. En termes de gouvernance, l’échelle mondiale, les échelles régionales supra-et infra-nationales constituent désormais des mailles qui reflètent de nouvelles formes de territorialités. L’emboîtement des mailles territoriales aux pouvoirs et légitimités divers posent des questions en termes de gouvernance pluri-scalaire, de légitimité de l’action publique et de représentations du collectif.
Ainsi, au cœur des enjeux économiques et sociaux contemporains liés à l’urbanisation, la mondialisation et la construction européenne, la thématique « Réseaux,flux, intégration territoriale » pose des questions sur les concepts et les méthodes mis en œuvre dans les recherches en géographie. Trois grands types d’approches complémentaires seront mis en œuvre.
Dans la suite des travaux menés traditionnellement au sein de l’équipe, nous chercherons tout d’abord à dépasser l’analyse des systèmes de villes et des systèmes territoriaux à travers un seul type de relations. L’approche « multiplexe » souhaite ainsi favoriser des échanges et fertilisations croisées entre les travaux réalisés tant sur les réseaux matériels (transport maritime, aérien, routier...) que sur les réseaux immatériels (collaborations scientifiques, flux médiatiques ou financiers...). Cela sera aussi l’opportunité de proposer des approches tenant comptede la dimension multi-scalaire ou « multi-niveau » de ces systèmes évoluant sur le long terme. Ces analyses mobiliseront les savoir-faire relatifs à la comparaison internationale des villes et des concepts revisités par la géographie contemporaine (rétraction, déclin, décroissance, périphérisation, contraction espace-temps), que cela porte sur les grandes villes mondiales ou sur les petites villes de l’espace européen.Il s’agira ensuite d’analyser des représentations spatiales, des sentiments d’appartenance, des discours sur l’espace, individuels ou collectifs.

Cette approche demande un travail soigné sur des concepts relevant souvent de l’affect individuel (et donc plutôt saisis d’ordinaire par des approches qualitatives) et leur traduction dans un indicateur ou une série d’indicateurs qui puissent permettre de les mesurer. Cette approche passe par la mise en œuvre de grandes enquêtes dont nous avons une forte expérience au sein de l’équipe. On trouvera là l’occasion d’interroger la manière dont les acteurs publics se saisissent des enjeux d’accès aux services et aux réseaux à différentes échelles de territoires.
Enfin, un travail sur l’intégration territoriale ne saurait être complet sans s’intéresser à la fois à la manière dont ce phénomène soulève la question de la territorialité, en interrogeant les formes existantes de l’organisation territoriale mais également celles qui émergent ou tentent d’émerger en dehors de cadres territoriaux éprouvés, en termes d’échelle d’action territoriale.

Ce positionnement est dans la droite ligne des études critiques sur les « aires culturelles » ou « continents » comme unités géographiques et analytiques de base. La gestion de régions transnationales est un réel enjeu en de nombreux endroits du monde ; elle nécessite de s’interroger sur les mailles et l’intégration territoriale, sur la territorialité et la gouvernance multi-scalaires, en termes de formes de construction spatiale (frontières), de politiques (réforme territoriale, recentralisation/décentralisation), en Europe ou ailleurs.

Updated on : 27 March 2019

 
 

Géographie-cités 2011, All rights reserved