Menu | Content | Back | News | Progression | Search | Foot page | Accessibility | Site map | Home page


                      
                      
Home « Research « Key themes « Contrat 2019-2023 « Thématique “Les écritures de la géographie”

Thématique “Les écritures de la géographie”

Dans les cinq années à venir, les membres de l’équipe EHGO souhaitent prolonger les recherches collectives initiées lors du contrat précédent, autour de l’interrogation générale qui est menée sur les écritures géographiques.
Il s’agit là, encore une fois, de prendre le mot écriture dans un sens large, qui recouvre aussi bien les productions textuelles que l’iconographie –ou plutôt, les iconographies –produites par géographes et non-géographes (spécialistes des sciences sociales, historiens, artistes, écrivains). On sera attentif aux logiques sociales et cognitives impliquées dans ces diverses productions, ainsi qu’à leur historicité spécifique. Dans cette perspective, quatre groupes de travail sont constitués.

Le groupe portant le séminaire « Les écritures du géographique » entend recentrer son travail sur quelques questions préjudicielles : celle du « géographique » en se demandant dans quelle mesure et jusqu’à quel point il peut constituer un « commun » identifié comme tel ; la question de la « poétique » des lieux, des itinéraires, des paysages, etc., dont on peut se demander si elle peut être fédérée sous la formule d’une « poétique de l’espace » ou s’il s’agit là simplement d’une formule commode ; la question des pratiques à l’œuvre dans la critique littéraire savante lorsqu’elle s’empare de thèmes qui ont un « air de famille » pour les géographes. En outre, le séminaire entend développer une approche des écritures de géographes et des genres géographiques afin qu’elle constitue une épreuve symétrique du travail entrepris, ici et ailleurs, sur les (peut-être mal nommées) « spatialités littéraires ». L’un des horizons envisagés est un dialogue resserré avec la critique littéraire.

En relation avec la nouvelle transversalité sur les mots de la géographie, un nouveau groupe de travail sera constitué au sein de l’équipe EHGO ayant pour tâche la systématisation d’une sémantique historique des concepts emblématiques de la géographie et des savoirs sur l’espace (« milieu », « région », « paysage », «territoire », « lieu », « nature », etc.). Le questionnement est ancien et fait partie des missions historiques de l’équipe, mais il sera repris à frais nouveaux en incluant une perspective soucieuse des circulations, réappropriations et effets de rebond entre disciplines ainsi qu’une réflexion sur les « effets de traduction » qu’implique le passage d’une langue à une autre, d’une tradition nationale à une autre, trop souvent conçu comme un « transfert » transparent et univoque, alors même que depuis Quineet Kuhn cette transférabilité est mise en question.

Le groupe de travail sur la forme-atlas, constitué au cours du contrat précédent, souhaite prolonger son activité, avec le sentiment unanime (de la part des collègues membres ou non de l’équipe EHGO) d’avoir ouvert un front de recherche qui reste encore largement à explorer dans plusieurs directions. Ainsi, l’histoire de cette forme dans le domaine propre de la géographie reste encore largement à écrire, notamment pour ce qui concerne les origines (un travail considérable reste à accomplir sur la place de Rome et de Venise dans cette histoire), mais aussi pour ce qui concerne la persistance de la formule des recueils et atlas composites au cours de l’époque moderne et contemporaine, persistance qui doit conduire à un réaménagement de l’historiographie et à une réévaluation de la place des formes composites de l’écriture cartographique. De même, restent à explorer de façon large les circulations et les potentialités cognitives et plastiques de la forme-atlas dans les cultures scientifiques, littéraires et artistiques modernes et contemporaines : la forme-atlas connaît aujourd’hui une actualité dont il faut analyser les enjeux et les effets, sur les plans épistémologiques et politiques.

Un quatrième groupe de travail rassemblera des chercheurs autour d’une analyse des nouvelles formes d’écriture dans la géographie mais aussi, plus largement, dans les savoirs de l’espace, et ceci en relation avec l’émergence, au sein de l’équipe, d’un intérêt grandissant pour de nouvelles pratiques spatiales et de nouvelles formes de figuration des expériences spatiales (autour, notamment, de la notion de cartographie sensible). La Bande dessinée, la photographie, le dessin, le cinéma, qui avaient déjà donné lieu à plusieurs investigations au cours du précédent contrat, feront l’objet d’analyses plus systématiques, à l’occasion de séminaires, d’expérimentations collectives sur le terrain, et de montages d’expositions

Updated on : 27 March 2019

 
 

Géographie-cités 2011, All rights reserved